par Faouzi Oki.

18000 CRÂNES HUMAINS CACHÉS EN FRANCE

En effet, certains pays européens détiendraient encore dans leurs musées des dizaines de milliers de restes humains issus de la colonisation comme ceux de la guerre d’Algérie et d’autres pays anciennement colonisés par la France , l’Espagne, l’Italie.

Beaucoup de crânes humains seraient mis aux enchères, tandis que d’autres ont d’ores et déjà été restitués à leur pays d’origine, a rapporté une minutieuse enquête du New York Times, parue le 28 novembre 2022 citée par la Radio France international (RFI). Un musée de Paris conserverait 18000 crânes humains, notamment ceux d’Africains, d’Australiens et d’Indiens d’Amérique qui reposent au sous-sol, place du Trocadéro en France. Tandis qu’en Belgique précisément à Bruxelles, trois crânes coloniaux ont été mis en vente, puis retirés après la publication le 29 novembre, de l’article d’un journaliste de Paris Match Belgique qui enquête depuis 2018 sur les restes humains de l’ère coloniale. Quelque 40.000 ossements rapportés d’Indonésie à la fin du XIXe siècle par l’anatomiste et médecin néerlandais Eugène Dubois, sont encore disponibles aux Pays-Bas. Parmi ces ossements, la calotte crânienne d’un Javanais de l’ère préhistorique, témoin du chaînon manquant dans l’évolution du singe à l’homme, est d’ailleurs en train de devenir un sujet de polémiques, fait savoir RFI.

PEU D’OSSEMENTS RENDUS A LEURS PAYS D’ORIGINE LA FRANCEPAS ENCORE

Certaines anciennes puissances coloniales ont accepté de restituer des restes humains à leurs pays d’origine. Entre autres l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. L’Allemagne a déjà restitué 20 crânes à la Namibie, en 2011, puis d’autres dépouilles en 2018, emportées d’Afrique australe par les colons après le massacre des Hereros et des Namas. Deux peuples dont Berlin a reconnu les génocides en 2004, et pour lesquels des excuses ont été formulées en 2021.Les Pays-Bas ont rendu en 2009 la tête coupée et conservée dans du formol de Badu Bonsu II, un roi ghanéen, décapité en 1838 par des colons. Un écrivain avait découvert par hasard la relique dans les collections d’anatomie de la faculté de médecine de Leyde, et a ensuite alerté l’ambassade du Ghana.

Le musée Pitt Rivers à Oxford a commencé en 2017 à remettre certains des 2000 restes humains qu’il détient, dont sept têtes tatouées et momifiées de Maoris, à la Nouvelle-Zélande. En effet, le British Muséum garde encore 6000 restes humains provenant du vaste empire colonial britannique, le musée Duckworth Laboratory en possède 18000 et le Natural History Muséum plus de 25000.

Nul n’est censé ignorer les atrocités engendrées par la colonisation partout dans le monde, et précisément en Afrique: des membres de révolutionnaires africains rapportés en Europe comme trophée, comme exemple parmi tant d’autres, la dent de Patrice Lumumba ancien Premier ministre congolais, ramenée en Belgique, puis ensuite restituée à sa famille en juin 2022. Bien sûr sans oublier les crânes des Moudjahidines et des victimes algériennes de la guerre d’Algérie toujours en possession de la France.

Une salle des ventes en Belgique a été contrainte d’annuler la vente de trois crânes d’Africains, tués entre janvier 1893 et mai 1894, pendant la période coloniale dans l’actuelle République démocratique du Congo. Or, ce genre de ventes n’est pas interdit  dans ce pays. L’histoire des crânes d’Africains conservés en Europe depuis l’époque coloniale a eu une nouvelle continuation.

Après les crânes de résistants algériens que Paris semble être prête à restituer et ceux de héros nationaux du Zimbabwe que des musées britanniques sont disposés à retrouver en vue d’une restitution, c’est au tour de la Belgique d’entrer en scène. Trois crânes d’Africains, qui appartiendraient à des personnes tuées entre janvier 1893 et mai 1894, ont ainsi été mis en vente par la maison Vanderkindere à Bruxelles. Mais cette vente a suscité de la colère dans le pays et sur les réseaux sociaux, les organisations de défense des droits humains la qualifiant de déshumanisante et raciste. La maison de vente aux enchères a ajouté: « Nous présentons à nouveau nos plus profonds regrets envers toute personne ayant été meurtrie et blessée par la mise en vente de ce lot. » L’établissement déclare son intention de prendre tous les contacts utiles pour procéder au rapatriement de ces crânes

Faouzi Oki



 

Comments powered by CComment