Les marches de soutien aux Palestiniens se multiplient 

Des milliers de Sud-Africains ont participé samedi à une marche de soutien aux Palestiniens de Gaza alors que l'agression israélienne contre Gaza fait rage et exigé l’expulsion de l’ambassadeur israélien. 

Les manifestants étaient dirigés par des membres du clergé de différentes confessions, scandant « Palestine libre ». 

Le célèbre religieux anti-apartheid, le Dr Allan Boesak, appelle à la fermeture de l’ambassade israélienne. « Nous en avons assez de l’apartheid israélien et nous devons le démontrer par nos actions », a ajouté le secrétaire général du Congrès national africain au pouvoir, Fikile Mbalula, faisant écho à ses appels à la “fermeture” de l’ambassade.  

Le gouvernement sud-africain a annoncé lundi qu’il rappellerait tous ses diplomates d’Israël pour signaler son inquiétude quant à la situation à Gaza. 

Pretoria a également déclaré que la position de l’ambassadeur israélien dans le pays devenait « de plus en plus intenable », accusant le diplomate de tenir des « remarques désobligeantes » à l’égard des personnes critiques à l’égard d’Israël. 

« Le gouvernement sud-africain a décidé de retirer tous ses diplomates à Tel-Aviv pour consultation », a déclaré Khumbudzo Ntshavheni, ministre du cabinet présidentiel, lors d’un point de presse, sans fournir plus de détails. 

Depuis le 7 octobre, Israël bombarde sans relâche Gaza et envoie des troupes terrestres massacrer les civils Palestiniens. Le ministère de la Santé palestinien affirme que plus de 11 000 personnes ont été tuées, en majorité des civils. 

Pretoria est depuis longtemps un ardent défenseur de la cause palestinienne, le Congrès national africain (ANC) au pouvoir la liant souvent à sa propre lutte contre l’apartheid. 

La ministre des Affaires étrangères Naledi Pandor a déclaré que le rappel des diplomates était une « pratique normale », ajoutant que les envoyés donneraient un « briefing complet » au gouvernement, qui décidera ensuite si cela peut être utile ou si une « relation continue peut réellement être soutenue » 

« Nous sommes… extrêmement préoccupés par les meurtres continus d’enfants et de civils innocents dans les territoires palestiniens et nous pensons que la nature de la réponse d’Israël est devenue une punition collective », a déclaré Pandor lors d’un communiqué de presse lundi, lorsqu’elle a accueilli son homologue ukrainien Dmytro Kuleba. 

« Nous avons jugé important de signaler l’inquiétude de l’Afrique du Sud tout en continuant d’appeler à une cessation globale (des hostilités).» 

Le Hamas a salué cette décision et a appelé l’Afrique du Sud à « couper tous les liens » avec Israël. 

Plus tôt, Ntshavheni avait accusé l’ambassadeur du régime israélien d’avoir tenu des propos désobligeants à l’égard des Sud-Africains, notamment des membres du gouvernement, qui dénoncent "l’holocauste" commis par Israël. 

Le ministère des Affaires étrangères a été chargé de « faire part du mécontentement du gouvernement sud-africain à l’égard de l’ambassadeur » par la voie diplomatique, a-t-elle expliqué. 

De nombreuses manifestations pro-palestiniennes ont eu lieu à travers l’Afrique du Sud au cours du mois dernier. 

Le président Cyril Ramaphosa faisait partie des nombreux responsables de l’ANC qui ont participé en arborant des drapeaux et des keffiehs, en signe de solidarité avec les Palestiniens.