4 juin 2023
  1.  

     

     

par Batiushka

Les médias occidentaux aux ordres adorent répéter le mantra de leurs politiciens (et des marchands d’armes) sur «l’invasion brutale et non provoquée de l’Ukraine par la Russie». Bien entendu, ils parlent en fait d’eux-mêmes et de leurs propres invasions de la Corée, du Viêt Nam, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, etc. L’incursion continue dans l’extrême Est et le Sud de l’actuelle Ukraine par les forces ukrainiennes soutenues par la Russie n’était en aucun cas non provoquée. Les provocations génocidaires du régime de Kiev installé par les États-Unis duraient depuis huit ans avant le début de l’opération militaire spéciale visant à libérer ces régions.

En ce qui concerne la «brutalité», on peut dire que les forces anti-Kiev ont fait preuve soit d’une extraordinaire faiblesse, soit d’une extraordinaire patience. La réponse ukrainienne soutenue par la Russie a été très peu brutale, comparée au sadisme des bombardiers anglo-américains contre la population civile de l’Allemagne (et de la France et de tous ceux qui se trouvaient sur le chemin de leurs bombardements) pendant la Seconde Guerre mondiale. Heureusement, très peu de civils sont morts à cause des opérations ukrainiennes soutenues par la Russie, même si, de l’autre côté, beaucoup de troupes du régime de Kiev sacrifiées par les États-Unis, soit plus de 250 000, sont mortes. Les médias occidentaux, contrôlés par l’État et se justifiant eux-mêmes, ont entretenu le mythe selon lequel ce conflit opposait les Russes et les Ukrainiens. Il n’en est rien, il s’agit d’une guerre civile entre un régime ukrainien fantoche, composé de bandits armés, et des combattants ukrainiens de la liberté soutenus par la Russie.

Communistes contre nazis ?

S’il ne s’agit pas d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine, s’agit-il alors d’une guerre civile entre communistes et fascistes, comme la guerre civile espagnole de 1936-1939 ? Cela pourrait être plus proche de la vérité. Après tout, les grands-pères et arrière-grands-pères des Ukrainiens actuels soutenus par la Russie, qui sont nés et ont grandi principalement dans l’est de l’Ukraine, ont combattu les nazis fascistes au sein de l’Armée rouge. Quant aux grands-pères et arrière-grands-pères des nazis ukrainiens actuels soutenus par les États-Unis, qui sont nés et ont grandi principalement dans l’ouest de l’Ukraine, ils ont combattu l’Armée rouge pour les fascistes allemands. Toutefois, il ne s’agit pas de grands-pères et d’arrière-grands-pères d’il y a quatre-vingts ans, mais bien d’aujourd’hui. Alors, entre qui exactement se déroule cette guerre civile ici et maintenant ?

Le satanisme

En effet, le monde de 2023 est très différent de celui de 1943. Par exemple, il n’y a plus de communistes à proprement parler, juste quelques personnes âgées. Le communisme a été remplacé par un successeur. Ainsi, ce que l’on appelle le parti communiste chinois est en réalité le parti national chinois. C’est pourquoi il est populaire en Chine. Il permet au capitalisme d’avoir les coudées franches, mais seulement s’il travaille dans l’intérêt national chinois. Le patriotisme a remplacé le communisme. On peut en dire autant de la Corée du Nord ou de Cuba. D’ailleurs, en Russie, le communisme est devenu une forme de nationalisme dès l’assassinat de Trotski par Staline en 1940 et l’invasion nazie de 1941. Quant au gouvernement dont le président Poutine est le chef, qui a succédé au gouvernement communiste du passé, il reflète également les intérêts de l’ensemble de la nation. C’est pourquoi il est si populaire, avec 80% de soutien au président Poutine et la plupart des 20% restants indifférents. L’opposition réelle est infime.

Il est toutefois intéressant de noter que l’esprit du nazisme fasciste des années 1930 et 1940 est toujours présent, même s’il a lui aussi changé. À proprement parler, on ne peut plus parler de nazisme, avec son idéologie raciste aryenne, anti-non-blanc, anti-juive, anti-tsigane et anti-homosexuelle, mais seulement de néo-nazisme. D’ailleurs, ce néo-nazisme est dirigé par des sionistes trotskistes, dont certains sont juifs de race, d’autres non, certains sont noirs, d’autres non, certains sont homosexuels, d’autres non. Leur idéologie néo-nazie est le suprémacisme occidental, occidental non pas au sens de la race aryenne, mais au sens de la croyance en l’idéologie occidentale de l’exceptionnalisme et de la supériorité. Si vous croyez que «l’Occident est le meilleur» et que tous les autres doivent s’incliner devant vous et être conquis par vous, vous êtes un néo-nazi. Si vous pensez que l’idéologie LGBT occidentale est la seule valable et qu’elle doit être imposée au reste du monde par la violence militaire (guerres) ou économique (sanctions), vous êtes un néo-nazi, c’est-à-dire un fasciste libéral. La race et l’orientation sexuelle n’entrent pas en ligne de compte. C’est la croyance en une idéologie qui entre en ligne de compte.

Nous le voyons très clairement dans ce conflit en Ukraine. Ce conflit oppose les Slaves de l’Est, dont le centre idéologique se trouve à Moscou, qui luttent pour le droit d’exister et de conserver leur propre langue et leur propre culture en Ukraine, une culture qui se trouve être à la base chrétienne, et les néonazis, qui ont été installés à Kiev par leur centre idéologique à Washington, et avec le soutien ouvert de l’UE, en 2014. Ces derniers sont des néonazis fascistes, prêts à commettre un génocide contre tous leurs ennemis idéologiques, qui s’opposent au régime client néonazi dirigé par le gouverneur-ambassadeur américain à Kiev. Leur idéologie de base est fondamentalement satanique, vénérant le paganisme, l’immoralité et le matérialisme. Ces trois points sataniques sont ce que les néo-nazis ont en commun avec les anciens nazis.

Unipolaire contre multipolaire, mondial contre mondialiste, unicivilisationnel contre multicivilisationnel, non-civilisationnel contre civilisationnel, anticivilisationnel contre civilisationnel

Nous comprenons maintenant pourquoi nous parlons du conflit en Ukraine comme d’une guerre du monde multipolaire contre le monde unipolaire. Ce conflit local fait partie de quelque chose de beaucoup plus massif, d’une importance universelle. C’est pourquoi l’élite occidentale soutient à fond le régime de Kiev, jusqu’au suicide économique. C’est pourquoi l’élite arbore le drapeau de Kiev (on ne voit pas les pauvres occidentaux arborer le drapeau de Kiev). Un monde unipolaire signifie un monde dirigé par Washington pour l’élite idéologique occidentale, quel que soit le pays où elle vit et quelle que soit sa race. L’élite occidentale est par définition ce groupe qui considère que l’Occident est le Meilleur et que, par conséquent, la planète entière doit être dirigée par lui. C’est pourquoi les membres de cette élite sont appelés Globalistes. L’opposition est qualifiée de multipolaire parce qu’elle représente plusieurs pôles nationaux d’existence. En réalité, il serait plus clair d’appeler les deux camps Unicivilisationnel et Multicivilisationnel. Les centres multicivilisationnels sont mondiaux, ou globaux, mais ils ne sont pas unicivilisationnels ou mondialistes. En effet, Global signifie Anti-mondialiste et Unicivilisationnel signifie Non-civilisationnel et Anti-civilisationnel.

Conclusion : Le Sud global contre l’Occident ?

Le conflit en Ukraine s’inscrit donc dans le cadre de la guerre anti-globaliste pour l’identité des peuples du monde, de leurs civilisations et de leurs cultures. Ce conflit dure depuis un millénaire, depuis que l’élite du monde occidental a commencé à imaginer qu’elle possédait l’idéologie unique et la puissance militaire qui l’autorisaient à conquérir le reste du monde, y compris les peuples de l’Occident, par la violence organisée. La loi du plus fort a toujours été son slogan et c’est pourquoi nous l’appelons anti-civilisationnelle. Cette violence systémique a d’abord été appelée féodalisme, puis capitalisme. Les deux n’étaient et ne sont que des aspects différents du même système pyramidal universel visant à contrôler la plèbe : Nous sommes au sommet, vous êtes au bas de l’échelle et nous vous écraserons si vous vous y opposez.

Ainsi, les Occidentaux qui souhaitent préserver les identités nationales en Occident sont également multicivilisationnels. Ils ne veulent pas de l’homogénéité imposée par les Américains, Coca-Cola et Big Mac, Hollywood et Wall Street, Apple et Google, avec leur uniforme de jeans et de baskets. Ils sont contre le conflit en Ukraine, reconnaissant qu’il va à l’encontre de leurs propres intérêts, qu’il va à l’encontre des intérêts ukrainiens et russes, qu’il va à l’encontre des intérêts du monde entier, mais que l’élite occidentale le soutiendra jusqu’à ce que le dernier Ukrainien, qui est prêt à mourir pour cela, soit mort. Et après la mort de plus d’un quart de million de soldats de Kiev en quatorze mois, ce moment n’est plus très loin. Il fut un temps où l’on parlait du tiers-monde. Puis on a commencé à parler du Sud global, en ignorant que la Russie borde l’Arctique et l’Australie l’Antarctique. Qu’entendons-nous par là ? Nous ne parlons pas d’Occident et de non-Occident. Nous parlons des sept milliards d’antinazis civilisés et du milliard de néonazis anticivilisés. Nous parlons tout simplement de la lutte pour la liberté et la civilisation. De quel côté êtes-vous ?

source Global South via Le Saker Francophone



 
 

 

Comments powered by CComment